Avertir le modérateur

14/03/2007

Grangé, épisode 3

Ultime volet de l'interview de Jean-Christophe Grangé, dont le dernier roman, Le Serment des limbes, vient de paraître.

 

 

medium_GRANGÉ.3.jpg
 
 
 
 
 

Pouvez-vous nous raconter vos débuts? 


A 20 ans, je suivais des études universitaires de lettres. J’étais un jeune homme sérieux, fou de musique, et mon rêve, c’était de devenir pianiste. J’ai tenté ma chance dans la chanson pendant mes années de fac. C’était mon sursis, je savais que si je n’avais pas réussi avant la fin de mes études, je devrais aller bosser. C’est ce qui s’est passé. J’ai échoué dans la musique, et par piston, je suis entré dans une boîte de pub après mes études. Ça a été un cauchemar, je me retrouvais dans un boulot non seulement chiant, mais qui piétinait toutes mes valeurs. Je venais des lettres, de la faculté, de l’intelligence, j’étais pour la profondeur, la réflexion, et je me retrouvais dans le milieu totalement superficiel de la publicité. J’étais avec des gens absurdes, mais c’est eux qui avaient raison puisqu’ils me donnaient un salaire. Donc j’étais très malheureux. Je dis souvent que si j’en suis là aujourd’hui, c’est grâce à 50% de talent, mais surtout à 50% de caractère. J’étais tellement laminé qu’il fallait absolument en sortir. Je me suis mis à mon compte dans la pub, et à côté j’ai recommencé la musique. Puis j’ai rencontré des photographes qui m’ont donné la chance de ma vie, les suivre sur de grands reportages aux quatre coins du monde. J’ai alors découvert le journalisme, les voyages, les sujets d’aventure extrême, c’était incroyable. J’ai découvert alors les polars, que je lisais dans les avions. Et j’ai décidé d’en écrire un, avec les aventures que je vivais dans mes voyages. Ça a donné Le vol des cigognes. A la fac, j’avais déjà essayé d’écrire, mais c’était creux, on sentait bien que je n’avais rien vécu, c’était de la branlette intellectuelle.

Comment vous voyez-vous dans dix ans ?

Je sais une chose : je serais toujours écrivain, jusqu’à ma mort. Ensuite, il y a toujours ce qu’on aimerait faire, et ce qu’on peut faire. Moi, j’écris des polars car j’ai l’impression de ne savoir faire que cela. Les idées qui me viennent à mon bureau, sont des idées noires, violentes, de idées meurtres, bref des idées policières. Je n’ai pas d’idée de comédie sentimentale. Un jour, j’aimerais réussir un thriller amoureux, mais c’est très difficile et quand on est habitué à écrire sur la mort, tout le reste semble bien léger. Ou alors peut-être une grande saga familiale, sur plusieurs générations, type Martin du Gard. Mais pour l’instant, j’ai quatre romans en tête, et tous sont des policiers.

Vous connaissez un succès considérable. Pense-t-on alors à la postérité ?

Pas vraiment, parce que le polar a un avantage, il vous apprend la modestie, puisque tout le monde vous explique que c’est un genre mineur. De plus, en France, on associe toujours succès public avec médiocrité et non postérité. A moi le succès et à Gracq la postérité. Mais quand on écrit, on gagne sa vie en profondeur, le livre reste, même sans parler de postérité. C’est une activité intense, profonde. Ecrire, c’est l’action.

Comment définiriez-vous votre statut dans le polar français ? Il est de bon ton de vous dénigrer, non ?

Je trouve que je n’ai pas été trop victime des préjugés habituels. La critique est souvent bonne avec mes livres. Mais il faut remettre les choses à leur place, le cénacle littéraire français concerne quelques critiques à peine. Ce sont des couches de vernis très fines et très illusoires. Moi je n’appartiens pas au système. J’ai eu cette chance. J’avais envoyé mon premier roman à Albin Michel et la Série noire, et tous les deux voulaient me publier, mais Albin a été plus rapide à répondre. Si la Série noire avait répondu avant Albin, j’aurais eu certainement le label qualité polar, mais moins de succès parce que plus proche d’un ghetto. Finalement, tout ça, c’est simplement une histoire de calendrier, ça permet de relativiser. Albin Michel m’a permis d’exploser les chapelles. C’est un éditeur moderne, avec une réputation grand public. Il y avait presque un côté rebelle à aller chez un éditeur mal côté. Aujourd’hui, Albin a fait la preuve de son efficacité.Quand je faisais des reportages d’aventure, un rédacteur en chef me disait toujours : si avec ton sujet, tu fais Géo c’est bien, mais Match c’est mieux. Toucher un grand public avec un genre acquis pour un petit public, est toujours plus intéressant.

Etes-vous tenté par la réalisation au cinéma ?

On me l’a souvent proposé. Quand vous voyez le destin de vos livres au cinéma, vous vous dites parfois « je vais le faire ». Mais j’ai eu la chance d’être scénariste et de voir de l’intérieur le monde du cinéma. C’est un bordel généralisé. Kubrick ou Coppola, je ne sais plus, disaient « Faire un film, c’est comme écrire Guerre et Paix dans un auto-tamponneuse ». On vous demande d’écrire, mais on secoue votre fauteuil toutes les dix minutes, on vient vous voir pour vous dire que la météo ne va pas, que le budget est réduit, que l’acteur fait un caprice… Il faut être chef d’orchestre pour faire un film. Moi, je suis un auteur mille fois plus libre derrière son petit bureau. Un film est un compromis permanent, je suis très admiratif des réalisateurs. Surtout, c’est une expression artistique qui n’a rien à voir. Moi je sais écrire une phrase, pas cadrer une image.

Quelles sont vos lectures ?

Je lis trois types de livres. Les documents qui traitent des thèmes que je vais aborder dans mes livres, c’est désormais la grande majorité de mes lectures. Mais je lis aussi les nouveaux venus, et puis mes amours que je lis et relis, comme Le Grand nulle part d’Ellroy ou Piège pour Cendrillon de Japrisot. Tout est béton dans ces romans.

Quel est votre prochain projet ?

Ça vient d’une anecdote. Il y a deux ans, le rédacteur en chef de Cinélive, un ami, avait eu l’idée de faire écrire à des auteurs le synopsis d’un scénario qui imagine la suite d’un film qu’ils adorent. Moi, j’écris Marathon Man 2. J’invente l’histoire, je la balance à Cinélive. Quand mon éditeur l’a su, il est devenu fou. Il m’a dit : mais c’est un super bouquin, et tu donnes ça à un magazine ! On l’a finalement récupéré, et le livre va exister. Ce devrait être une série B d’horreur, un livre plus court, avec des meurtres bien sanglants. Ça devrait s’appeler Miserere, mais pas un truc religieux, un roman d’angoisse, de meurtres sur la voix humaine. Quelque chose de vraiment inquiétant. 

 

Interview : Bastien Bonnefous

Portrait : Vincent Baillais    

Commentaires

Bonne interview, bravo, Bastien.
A mon tour de recommander un excellent polar... qui est en fait un livre d'histoire : "Cosa Nostra" de John Dickie (Buchet Chastel). Une superbe histoire de la mafia en Sicile et aux Etats-Unis. Cela se dévore comme un gratin de pâtes 'ncasciata.
J'ai lu une très bonne chronique sur ce livre ;-)
http://tf1.lci.fr/infos/sciences/histoire/0,,3408143,00-plongee-dans-univers-sanglant-cosa-nostra-.html

Écrit par : Matteo | 18/03/2007

J'adore votre blog, qui est tout de suite devenu ma référence en matière de polar. je lis tous les bouquins que vous conseillez et ne suis jamais déçue. donc, please, remettez-vous à écrire, enfin ! je sais que nous sommes en période électorale mais quand même. si vous vous enfermez dans votre mutisme, je vais être obligée d'acheter le dernier bouquin de maxime chattam...

Écrit par : Miss O | 02/05/2007

rafraichissant, merci pour ce bon moment ;)

Écrit par : Black Hattitude | 10/09/2009

Très intéressant votre article. Merci

Écrit par : black hattitude - Insolite | 21/09/2009

En 1856, Thomas Burberry, un burberry sac
drapier 21 années vieux apprenti, a ouvert son propre burberry soldes
magasin à Basingstoke Hampshire en Angleterre. Ce fut l'apogée sac burberry
de la période coloniale britannique. burberry hommeLes Anglais avaient longtemps.

Écrit par : burberrysac | 01/03/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu