Avertir le modérateur

20/07/2006

La face inhumaine de la délocalisation

medium_couv_belvaux.jpgCela peut coûter très cher une mobylette d'occasion. C'est ce que vont comprendre Patrick, Marc, Jean-Pierre et Robert. Le premier est chômeur longue durée, trois licences en poche mais pas un centime, une femme qui perd sa vie à essayer de la gagner et un gamin qui les aime malgré tout. Le deuxième sort de prison. Braquage de fourgons blindés. Tous les jours, il pointe devant un flic qui le déshumanise, et toutes les nuits, il surveille la chaîne d'embouteillage des bières Jupiler. Les deux derniers sont d'anciens fondeurs de l'usine locale qui vient justement d'être délocalisée, des "aristocrates du prolétariat" - qui ont laissé, pour l'un ses jambes dans les hauts fourneaux, pour l'autre son mariage - ravalés au rang de variables d'ajustement économiques. Tous vivent à Liège, Belgique. Une vie de privation, de débuts de mois difficiles, d'alcool et de rage. 

Pour payer une nouvelle mobylette à la femme de Patrick, les quatre gars vont se lancer dans un braquage. Un braquage pour un million d'euros, mais surtout contre tout un système, pour ne plus étouffer et se sentir revivre. Ils sont ni bons ni méchants, juste faibles et perdus. Bien sûr, on imagine comme le pastis va tourner.

La raison du plus faible est un grand film noir, d'une vérité rare sur la misère humaine des tours HLM et des tournées de demis. Servi par un casting remarquable - le subtil Eric Caravaca, le minéral Lucas Belvaux par ailleurs réalisateur et scénariste du film, et la tendue Natacha Régnier - il rappelle les grands polars du genre, du Cercle rouge de Melville et sa parabole sur la fatalité du destin (souvenons-nous du commissaire Bourvil et de son "Tous coupables") jusqu'au final digne du Jour se lève de Carné.

Il résonne fort aussi avec Les vivants et les morts, le splendide roman de Gérard Mordillat sorti en 2005 et qui retrace les ravages d'une région et de ses hommes frappés par la crise économique. En deux heures, La raison du plus faible explique mieux la nouvelle gouvernance économique mondiale et ses conséquences sur nos vies de cloportes que n'importe quel cours d'analyste financier ou n'importe quel discours en bois de Thierry Breton. Pour ceux qui s'en souviennent, sachez qu'en 2004, deux ouvriers de la fonderie Metaleurop, dans le Nord, sont tombés pour braquage, un an à peine après avoir été rayés des listes par les fonds de pension. Le cinéma n'est pas toujours que du cinéma. 

La raison du plus faible, de et avec Lucas Belvaux, Eric Caravaca, Natacha Régnier, Patrick Descamps, Claude Semal, Gilbert Melki…

 

Bastien Bonnefous 

18:19 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Ca doit valoir le détour ! Merci pour l'info je n'avais pas connaissance dans ce film ! :)

Ben

Écrit par : Ben | 21/07/2006

excellent film merci

Écrit par : xxl film | 05/07/2010

J'ai regardé le film "La raison du plus les Faible". C'était très intéressant

Écrit par : Generico | 12/11/2013

Merci pour cet article, j'ai été très intéressé d'apprendre toutes ces informations

Écrit par : Viagra kafuen | 09/12/2013

tout simplement génial! Merci!

Écrit par : Viagra Generika | 29/08/2014

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu